Catégorie: streaming

Ajout du 15 décembre 2016

15 octobre 2014 – Fleur Pellerin se prononce en faveur de l’établissement d’une liste noire des sites accusés de contrefaçon

La ministre envisage que cette liste noire de sites contrefaisants (surtout des sites de streaming et de téléchargement direct) soit établie par l’administration.

Source : http://www.numerama.com/magazine/30933-liste-noire-fleur-pellerin-hadopi.html

 

1er janvier 2015  – Le gouvernement explore de nouvelles pistes pour juguler le téléchargement illégal.

Afin de combattre le téléchargement illégal au-delà des réseaux peer-to-peer (P2P), c’est-à-dire en s’attaquant directement aux plateformes proposant des œuvres en téléchargement direct (DDL) ou à visionner en streaming, le gouvernement a confié à Mireille Imbert-Quaretta – magistrate et présidente de la Commission de Protection des Droits (CPD) de l’Hadopi – une mission destinée à proposer de nouvelles pistes en vue de casser les reins de la contrefaçon commerciale. De cette réflexion est née la nécessité d’impliquer les intermédiaires techniques et financiers, afin de priver de ressources les sites qui prospèrent sur le piratage des œuvres. Dans son rapport, Mireille Imbert-Quaretta a suggéré la mise en place d’une sorte de riposte graduée visant les intermédiaires afin de les contraindre à signer des accords pour filtrer les contenus mis en ligne par les internautes, faute de quoi leur responsabilité serait engagée, avec la menace d’une saisie du nom de domaine ou du blocage par les FAI. Deux autres grandes tactiques ont aussi été proposées, en complément. La première consiste à réduire la visibilité de l’offre illégale sur les moteurs de recherche, en déclassant les sites illicites ou en les déréférençant complètement. Dans ce domaine, Google a commencé à bouger. La seconde se concentre sur le porte-monnaie pour assécher les revenus liés au piratage. En la matière, ce sont les annonceurs, les régies publicitaires et les services de paiement qui seraient en première ligne. Sur ce dernier point, le ministère de la culture vient de faire un pas important en annonçant l’élaboration d’une charte d’engagement des professionnels de la publicité contre les sites illicites. « L’objectif est d’inciter les acteurs de la publicité à s’organiser de manière à ne plus alimenter en ressources publicitaires les sites illicites ». Cette charte sera écrite en concertation avec les professionnels du secteur, sous l’égide de Julien Neutres.

Source : http://www.numerama.com/magazine/31752-piratage-charte-annonceurs-publicitaires.html

 

28 novembre 2016 – Le site Zone Téléchargement est fermé par la gendarmerie nationale

Le site de téléchargement illégal de musique, de films et de jeux Zone Téléchargement est l’une des plates-formes françaises de téléchargement illégal les plus importantes, si ce n’est la plus importante. Sept personnes ont été interpellées, dont trois ont été placées en garde à vue à la section de recherches de Toulouse. A l’origine du signalement, une plainte déposée en novembre 2014 par des membres de l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA) et de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem). La fermeture du site a été effectuée après enquête du centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) de la gendarmerie nationale. La semaine dernière, il avait déjà mené à la fermeture de What.cd, un très important site de partage musical, après une plainte de la Sacem. Concernant Zone Téléchargement, la gendarmerie estime le préjudice subi par les ayants droit à 75 millions d’euros. Le site, qui comptabilisait en moyenne 3,7 millions de connexions par mois et 11 000 visiteurs par jour et accessible auparavant à l’adresse http://www.zone-telechargement.com, affiche à présent un message d’erreur. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes s’insurgeaient de la fermeture de la plate-forme, avec la création du mot-dièse : #JeSuisZoneTelechargement.

Source : http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/11/28/le-site-zone-telechargement-ferme-par-la-gendarmerie-nationale_5039764_4408996.html

 

29 novembre 2016 – Le site Zone Téléchargement ré-ouvre… mais il est inopérant

Si le site paraît être de nouveau en ligne, son système de gestion des liens, DL-Protect, reste inopérant. Dans ces conditions, le site est inutilisable ; il ne s’agit que d’une façade sans la possibilité d’accéder aux œuvres piratées. Le site semble être de surcroit le repère d’une pratique de phishing depuis sa « ré-ouverture ».

Source : http://www.numerama.com/politique/212505-la-gendarmerie-annonce-la-fermeture-du-site-pirate-zone-telechargement.html

 

8 décembre 2016 – Le site Zone Téléchargement ré-ouvre… remis en route par d’autres propriétaires pirates.

Le « nouveau » site présentant le domaine zone-telechargement.ws (contrairement à zone-telechargement.com précédemment) est hébergé dans les Samoa. Il est tenu par de « nouveaux propriétaires » inconnus qui ont récupéré (piraté) l’apparence du site mais en on changé le catalogue de liens.

Source : http://www.numerama.com/politique/216623-zone-telechargement-le-retour-oui-et-non.html

Ajout du 2 août 2013 – premiers streamings

Ajout de l’événement suivant à la chronologie en ligne :

  • 24 juin 1993 : Première performance retransmise en direct sur l’internet d’un groupe de musique. Il s’agissait du
    groupe Severe Tire Damage se produisant au Xerox PARC à Pao Alto en Californie et dont la prestation
    pouvait être vue et entendue et qui technologiquement est assimilé comme le premier streaming de l’histoire de l’internet. 2 ans plus tard le 5 septembre 1995 aura lieu la première retransmission en direct sur l’internet d’un événement sportif, un match de baseball entre les New York Yankees et les Seattle Mariners.